Alexandre MILLERAND

10 février 1859, Paris

7 avril 1943, Versailles

Homme d’État, Président de la République.

Collaborateur de Clémenceau, Millerand évolua vers le socialisme et anima le groupe des socialistes indépendants. Porte-parole du socialisme réformiste dans son discours de Saint-Mandé (1896), il appela à l’union de toutes les tendances socialistes autour d’un programme commun.
Ministre du Commerce et de l’Industrie dans le gouvernement Waldeck-Rousseau de 1899 à 1902, il mit en place un certain nombre de réformes, notamment l’abaissement de la durée de la journée de travail (loi du 30 mars 1900). Critiqué par la majorité des socialistes pour sa collaboration avec un gouvernement bourgeois, il rompit avec le mouvement après la formation du Parti socialiste unifié en 1905.
Ministre de 1909 à 1915, il évolua peu à peu vers la droite et apparut comme l’un des chefs de la coalition nationale en 1919.
Président du Conseil en 1920, il réprima les mouvements de grèves qui sévissaient et fut élu Président de la République.
Il prôna une politique de fermeté vis-à-vis de l’Allemagne et essaya de renforcer le pouvoir présidentiel lorsque la victoire du Cartel des gauches aux élections de 1924 le contraignit à se retirer.
Sénateur de 1924 à 1940, il n’occupa plus le devant de la scène politique.
Source: Encarta 97
Alexandre Millerand
Alexandre MILLERAND sépulture